top of page

TRAITÉ DE SAINT AMBROISE SUR LES MYSTÈRES



Présentation de l’Eucharistie aux nouveaux baptisés


Le peuple purifié, puis enrichi par les signes distinctifs du chrétien, s’avance vers l’autel du Christ, en disant : J’approcherai de l’autel de Dieu, du Dieu qui réjouit ma jeunesse. Puisqu’il a déposé les dépouilles de la vieille erreur, sa jeunesse est renouvelée comme celle de l’aigle, il se hâte d’accéder à ce banquet céleste. Il vient donc et, voyant le saint autel tout apprêté, il s’écrie : Devant moi tu as préparé une table. C’est ce peuple que fait parler David lorsqu’il dit : Le Seigneur me nourrit, et rien ne me manquera, il m’a placé dans un pâturage, il m’a conduit près de l’eau qui me restaure. Et plus loin : Car, même si je marche dans l’ombre de la mort, je ne craindrai pas le malheur, puisque tu es avec moi. Ton sceptre et ton bâton eux-mêmes m’ont soutenu. Devant moi tu as préparé une table en face de ceux qui me harcèlent. Tu as parfumé ma tête avec l’huile, et ta coupe enivrante, comme elle est magnifique !


C’est une chose merveilleuse, que Dieu ait fait pleuvoir la manne pour nos pères, et qu’ils aient mangé quotidiennement cet aliment du ciel. De là cette parole : L’homme a mangé le pain des anges. Et pourtant, ceux qui ont mangé ce pain au désert sont tous morts. Au contraire, cette nourriture que tu reçois, ce pain vivant qui est descendu du ciel, fournit la substance de la vie éternelle, et celui qui le mange ne mourra jamais, car c’est le corps du Christ.


Examine maintenant ce qui a le plus de valeur : la manne, pain des anges, ou bien la chair du Christ, laquelle est évidemment le corps qui donne la vie ? La manne d’autrefois venait du ciel, celle d’aujourd’hui est supérieure aux cieux ; celle-là appartenait au ciel, celle-ci au maître du ciel. Celle-là était sujette à la corruption si on la gardait pour le lendemain ; celle-ci est indemne de toute corruption, car celui qui la mange avec respect ne peut éprouver la corruption. Pour les Hébreux, l’eau a jailli du rocher ; pour nous, le sang a jailli du Christ. L’eau les a désaltérés pour un moment. Toi, lorsque tu bois, tu ne peux plus avoir soif. Autrefois préfiguration, aujourd’hui réalité.


Si ce que tu admires est une ombre, une préfiguration, combien grande est la réalité dont l’ombre excite déjà ton admiration. Écoute bien : ce qui s’est réalisé pour nos ancêtres n’était que l’ombre de la réalité à venir. Ils buvaient à un rocher qui les accompagnait, et ce rocher, c’était le Christ. Cependant la plupart n’ont fait que déplaire à Dieu, et ils sont tombés au désert. Ces événements se sont réalisés en figure à notre intention. Tu sais maintenant ce qui a le plus de valeur : la lumière l’emporte sur les ténèbres, la vérité sur la figure, le corps du Créateur sur la manne venue du ciel.

Comments


bottom of page